Aux portes de la civilisation

EIslabite.jpg

Petit apparté.
Voici un oscar de la gerbe pour ce type de torchon qui sait surfer sur les morts suite à l'attentat à Bruxelles hier. C'est pas le seul dans ces circonstances, hein, mais comme il m'est tombé dessus le premier... premier arrivé, premier servi.

"Revivez les événements du mardi 22 mars 2016" en est le titre. Allez, le spectacle commence. Installe-toi dans ton fauteuil, et remâche encore la violence, les corps déchiquetés, la panique, le sang, les morts, les blessés. Repais-toi de cette info qui, en boucle, te fait vivre les aventures de la barbarie comme si tu y étais, en regrettant amèrement de n'en être que spectateur, pas acteur. Heureusement, dans ce ressassement mercantile, tu apprendras qu'à

20mn.jpg

Voilà, la représentation en live a trouvé sa fin malheureusement, et tu vas pouvoir retourner à ta vie banale. Toutefois, si tu as envie de faire perdurer les bribes de l'horreur, du ressentiment, tant qu'il y a de l'espoir de se donner un peu de dégoût supplémentaire, tu pourras suivre la visite guidée "des événements de mercredi" (aujourd'hui), il suffit de suivre la flèche "c'est par ici".

 

Sérieusement : QUI a envie de revivre ce qui s'est passé hier ? C'est le Disneyland des attentats terroristes ou quoi ? Y'a quoi dans le crâne de l'organisateur du spectacle qui se prend pour un journaliste ? Personne dans cette rédaction, n'a trouvé le ton un peu touristique des mots employés, vraiment personne n'a perçu un état d'esprit manquant cruellement de décence ?

Mon cul. L'info-spectacle est un business comme un autre, peu importent les victimes broyées par ce qu'elles traversent.
Même s'ils ne sont pas de la même trempe que les dégénérés auto-explosifs, on a aussi nos têtes de pine.

Trust in peace

Pour préparer une vilénie auprès de blogueurs que j'apprécie beaucoup, je recherchais quelques images et vidéos dans ce sens... quand soudain, LA révélation ! Du coup, j'ai cherché la contrepartie inverse, l'icône antinomique, si je puis dire :

Franchement, si Jésus, au lieu de ressembler à ça :

jes_souriant.jpg

(peinture de Del Parsons)

 

il avait ressemblé à ça :

jes_tronche.jpg

... qui sait si ce charisme abrupt proche de celui d'un Bacri, ne m'aurait pas convaincu d'adhérer à la religion ?
(à condition qu'il ne chante pas)

"Ca va chier pour les athées" ferait tout de suite réfléchir avec le second.

Demain, je rappe un navet

rappeur.jpg

Le concasseur de tympans

Cristophe écrivait au cours d'un de ses billets, "Le barbare hashtag".
Ca fait quelques années que je gardais pour moi cette horripilante sensation de dégout lorsque j'entendais ce mot. Le mot "barbare" à la lecture de son billet, m'avait décidé de laisser un commentaire, que je reproduis ici.

C’est exactement l’impression que je ressens à chaque fois que j’entends cette excroissance monstrueuse de la sonorité du langage, cet écorchement de l’esthétisme des mots, cette blessure des tympans.

"Hashtag"…
Si cela devait être associé à une source de plaisir qui élèverait la conscience, peut-être pourrais-je lui accorder une clémence bienveillante, comme l’on s’attacherait avec affection malgré soi à un être difforme aux qualités humaines surprenantes.

"Hashtag"…
Un mot hideux qui n’a de social que la communion d’idées sous-développées par le plus grand nombre sur fond de fausse-couche marketing, rehaussées par une riche collection de fautes d’orthographe, et trimballant son lot d’états-d’âme à la seconde, atrophiés de toute réflexion de fond.

"Hashtag"…
#jechiemonemotion

hastagueule.jpg

La partie cachée de l'iceberg

Si je te dis, comme ça, crac : pédophilie, drogues, poisons, armes, meurtres commandités, nazis, terroristes, traffics en tous genres, le tout perdu dans des profondeurs insondables, tu penses à ?

Tu penses à ?...

...

... comment ça, "gros pervers libidineux psychopathe" ?

Non attends, on s'est mal compris. Je te donne un indice :

 

deepweb.jpg

+ un oignon.

Courage, miaulons

Je crois que le plus bel enterrement du symbole du socialisme, c'est ça :

finance.jpg

Contacté par une agence d'intérim, la nana m'a demandé ma prétention salariale. Je lui dis mon chiffre mensuel brut, je sens un silence. Je lui rappelle que j'approche des 10 ans d'expérience dans cette profession, et le prix que j'ai avancé, est largement sous-évalué pour un salaire normal, mais adapté aux sociétés de service informatique, qui ont une vision du monde calquée sur celle de mon grand copain Gattaz, néo-Jésus du monde libéral qui distribue la bonne parole financière pour éclairer les gueux de l'entreprise, de son message pour les siècles et les siècles, raboule (le fric). En gros, ce type de société finit par faire croire qu'un salaire sous-évalué est la norme. Bon, c'est dans la droite lignée (ou la lignée de droite, au choix) de la flexibilité.

Le monde change, toussa toussa, les idéaux d'hier sur l'humain ne sont plus viables dans nos sociétés qui sont une course à la compétitivité au nom du plus petit nombre, toussa toussa, adaptation, rendement et productivité sont le leitmotiv d'aujourd'hui et de demain (et après-demain). A mon prochain entretien, je me présente avec des oreilles de chaton, et je négocie ma baisse de salaire conséquente pour aider dans cette difficile traversée de la crise la multinationale où je postulerai. Soyons solidaires ! Travailler plus pour gagner moins !

Et tu te plains encore, mange-merde ?

Tiens, t'auras du boudin, t'auras du boudin...

"Les femmes ont besoin de vrais hommes, pas de guimauves féminisées"

Revendication d'une femelle en rut dans un monde masculin aseptisé ?
Cri de frustration d'un orgasme féminin qui n'arrive jamais ?
Vengeance d'une mangeuse d'hommes après une érection molle ?

Christine Boutin : Je pense que les femmes ont besoin d’hommes, d’un vrai homme...
Louis Morin : C'est quoi un vrai homme ?
Christine Boutin : C’est un homme qui qui qui voilà… qui est puissant, qui a de la force.
Louis Morin : Suis-je un vrai homme ou une guimauve féminisée ?
Christine Boutin : Je n’en sais rien, il y a une telle différence d’âge entre nous que c’est difficile de vous répondre...
Louis Morin : Vous pouvez le savoir quand même !
Christine Boutin : Apparemment, enfin, j’en sais rien, je ne sais pas…. Je suis un peu agacée de voir, mais ça aussi c’est une affaire économique, libérale, les hommes se mettre de la crème, qu’on leur propose des produits pour avoir une peau fine, on voit les hommes s’épiler… moi j’aime bien un homme qui est viril !
(on notera le glissement entre "les femmes aiment les hommes virils" du début, et la définition toute personnelle de l'intéressée après... la tentative de manipulation oratoire est encore à travailler)
Louis Morin : Donc qui ne se met pas de crème...
Christine Boutin : Qui ne se met pas de crème, absolument !

Source à 42:32

J'ai reçu au mois d'octobre, trois stères de bois. Sur les trois, deux dépassaient de la longueur souhaitée. Quand ton poêle accepte des bûches de 50 cm, va savoir pourquoi, tout ce qui fait de 53 à 60 cm ne rentre pas. C'est toute une science éminemment complexe qui a échappé la construction neuronale de mon livreur. Mais quel rapport avec la choucroute plus haut ? C'est simple : j'avais enfilé un pantalon qui ne craint rien, une chemise bûcheron (véridique), et j'ai débité mes deux stères à la tronçonneuse, bouchons d'oreilles bien engoncés, chaussures de sécurité, gants épais...

Et j'ai des poils.

Alors, l'homme viril que j'ai été pendant quelques petites heures, disons selon la vision de Titine, aussi vieillote que bourrée de clichés, il va donner sa définition fantasmée de la féminité.

Les hommes virils ont besoin de vraies femmes, pas de saintes-nitouches. De vraies femmes qui ressemblent à ça :

- Portant bien la lingerie fine
- Epilées sous les bras et sur les jambes au minimum
- Des fesses bien dessinées, pas de la cellulite dégoulinante
- Des seins, pas des mamelles pendantes
- Une taille harmonieuse, pas un cylindre déformé
- Une démarche élégante
- Surtout pas coincées du cul, décomplexées de la fouf, et qui aiment baiser

La féminité fantasmée par l'homme fantasmé par Titine, elle n'existe surtout pas... chez Titine.

cb.jpgA titre personnel, je préfèrerais être pédé comme un phoque et victime de sa croisade anti-homos, plutôt que de m'imaginer une seule seconde tout seul avec cette représentante torride de la féminité pour hommes virils et poilus, nue.
Je crois que c'est moins perturbant de penser à mes parents en train de forniquer, c'est dire.

Alors, pourquoi ? Pourquoi exiger de la gent masculine, ce qu'on est soi-même absolument incapable de lui apporter en retour ?

Titine, il va falloir penser à laper plus d'eau bénite et biberonner moins de vin de messe. Au final, pour les grenouilles de bénitier, le seul homme qui soit valable, c'est cette tafiole de Jésus : toujours puceau jusque sur la croix à 33 berges, qui préfère mettre une robe plutôt que d'enfiler une chemise bûcheron. Au moins, il n'a jamais déçu aucune femme, lui.

jesus.jpg

Prends donc un siège, employé de 2016

gode_du_travail.jpg

La crise et le chômage sont un si merveilleux prétexte pour les nostalgiques du passé, ce bon vieux temps où la force dominante n'était pas emmerdée par ces acquis sociaux qui empêchent d'exploiter en rond. Ce n'est plus une réforme, c'est une véritable révolution, cool. Elle est quand même excellente celle-là. Pour continuer à se marrer, concernant les présidentielles de 2017, aurons-nous à choisir entre la droite de gauche, la droite de droite, et l'extrême-droite ? Je trouve que la France a un talent inégalé pour l'humour.

Rions un grand coup !

Ah oui, j'ai failli oublier...

stval2016.jpg

Star Nazes

Une bonne politique sécuritaire unilatérale, et tout se vaut.
Et toi, sauras-tu t'y retrouver ?

StarNazes.jpg

- page 1 de 6